Actualités

La spécialité Histoire-Géographie, Géopolitique et Sciences politiques (HGGSP)


Spécialité Histoire-Géographie Géopolitique et Sciences Politiques

La réforme du Bac 2021 a entraîné la disparition des filières S, ES et L au profit d’enseignements de spécialité au nombre de douze en filière générale. Les élèves ont à présent la possibilité de construire leur parcours de formation en fonction de leur projet professionnel.

Le choix de ces enseignements, qui oriente la scolarité au lycée comme dans le supérieur, a donc des conséquences importantes. La spécialité Histoire-Géographie qui nous intéresse ici apporte une culture générale et des ouvertures intéressantes.


En amont, pour faire les bons choix, il est indispensable d’avoir défini ses objectifs de formation mais aussi de connaître le contenu et les enjeux de chacun de ces enseignements. SCOL’AVENIR aide les élèves à élaborer un projet pédagogique en fonction des orientations professionnelles souhaitées et renforce leur niveau dans une ou plusieurs matières pour atteindre les objectifs fixés.


Comment fonctionne le choix des spécialités ?

Tout d’abord, en classe de première, les lycéens optent pour trois spécialités dont une sera abandonnée à l’entrée en terminale. Le choix de ces spécialités doit être cohérent, il est préférable d’avoir des synergies entre les enseignements de manière à optimiser le parcours défini. Cela aura son importance lors des choix d’orientation en terminale sur la plateforme Parcoursup.

Dans l’optique du BAC, la spécialité abandonnée en fin de première, de coefficient 5, compte dans le contrôle continu. Tandis que les spécialités conservées en terminale donnent lieu à des épreuves écrites en mars, chacune de coefficient 16.


L’enseignement de spécialité Histoire-Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques (HGGSP) s’adresse aux élèves curieux de comprendre le Monde et la complexité des Relations Internationales, cela dans toutes leurs dimensions : sociales, culturelles, politiques et économiques. Cette matière exigeante nécessite méthode et rigueur.

Là encore, SCOL’AVENIR accompagne les élèves sur le secteur de METZ et THIONVILLE dans l’acquisition des techniques et des connaissances indispensables pour réussir.


Le programme de cette spécialité s’articule en deux temps. L’année de première est dédiée à l’acquisition des notions centrales indispensables. Quant à la classe de Terminale, elle, est consacrée à l’approfondissement des notions travaillées en première. Le but est d’affiner les capacités d’analyse et la maîtrise des savoirs, par l’étude de problèmes aux enjeux complexes et multiples.


Spécialité Histoire-Géographie : une spécialisation pluridisciplinaire

La spécialité HistoLa spécialité Histoire-Géographie nécessite beaucoup de travail en autonomieire-Géographie propose un programme dense

L’enseignement de spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques met en œuvre une approche pluridisciplinaire qui permet aux élèves, grâce à des concepts et des méthodes variés, d’appréhender et d’étudier la complexité du monde.

Les élèves qui la choisissent doivent faire preuve de constance et de méthode, ils découvrent la complémentarité des quatre matières de la spécialité.



· L’histoire, dans le temps long, met en perspective des événements et des contextes d’époques différentes. Elle fait ressortir les continuités, les ruptures, les écarts ou les similitudes. Elle éclaire et contextualise des situations et le rôle des acteurs qui y participent.

· La géographie permet d’identifier et de comprendre les logiques et les dynamiques qui organisent les espaces mais aussi l’influence de différents acteurs sur un territoire. L’étude de cartes, elle, permet de croiser les échelles et d’approfondir les analyses.

· Les sciences politiques étudient les phénomènes dans leurs spécificités politiques. Son champ d’étude concerne les Relations Internationales, les régimes et les acteurs politiques. Elles s’appuient sur des concepts de pouvoir et une démarche comparative.

· La géopolitique s’intéresse aux rivalités et aux enjeux de pouvoir entre des territoires en les replaçant dans leurs perspectives historiques et symboliques.


Cet enseignement de spécialité est complexe, les lycéens doivent à la fois découvrir et s’initier à de nouvelles matières. Et cela, tout en assimilant et maîtrisant de nouveaux concepts.


Cela suppose une méthode de travail efficace de leur part, pour s’approprier et intégrer toutes les connaissances nouvelles nécessaires à leur réflexion. Les intervenants SCOL’AVENIR sont là pour guider et aider leurs élèves dans cette tâche, en éclaircissant les notions parfois abstraites et en enseignant les méthodologies propres à chaque matière.

La spécialité histoire-géographie propose un programme dense et exigeant

L’enseignement de spécialité histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques, se déploie donc sur les deux dernières années du lycée. L’année de première est une année de découverte.


Les élèves se familiarisent avec de nouvelles matières ainsi que les concepts et idées autour desquels elles s’articulent. La terminale, elle, est une année d’approfondissement.

Les élèves, qui ont choisi de conserver l’enseignement, abordent des questions aux enjeux plus complexes. Le but est de développer leur capacité d’analyse et de compréhension des grandes problématiques contemporaines.


Chaque année de première et de terminale aborde plusieurs grands thèmes, que le professeur de lycée est libre de traiter dans l’ordre de son choix.

Ainsi en première les thèmes au programme sont :


— Comprendre un régime politique : la démocratie

— Analyser les dynamiques des puissances internationales

— Étudier les divisions politiques du monde : les frontières

— S’informer : un regard critique sur les sources et les modes de communication.

— Analyser les relations entre États et Religions.


Chaque thème fait l’objet de 24 à 25 heures d’enseignements.


En terminale, les thèmes étudiés sont :


— De nouveaux espaces de conquête.

— Faire la guerre, faire la paix : formes de conflits et modes de résolution.

— Histoire et mémoires.

— Identifier, protéger et valoriser le patrimoine : enjeux géopolitiques

— L’environnement entre exploitation et protection : un enjeu planétaire.

— L’enjeu de la connaissance.


Chaque thème fait l’objet de 26 à 28 heures de cours.

L’importance du travail personnel pour amener les élèves à développer leurs capacités d’analyse

L’étude de chaque thème s’organise de façon précise en trois moments :


· Tout d’abord en introduction : l’analyse et l’observation critique d’une situation actuelle afin de définir les enjeux du thème.

· Ensuite, l’étude du thème est approfondie à travers deux axes, qui grâce à une approche pluridisciplinaire, permettent d’en définir les particularités politiques et géopolitiques.

· Enfin, un travail final personnel offre la possibilité aux élèves de réinvestir les outils et les concepts vus sur un objet d’étude contemporain lié au thème.


A chaque étape, le professeur est susceptible de proposer aux élèves de constituer des dossiers ou de faire des exposés individuels ou collectifs. C’est une manière efficace de s’approprier les sujets tout en poussant la réflexion personnelle. Là encore, une bonne maîtrise méthodologique de ces exercices est indispensable, tant pour se documenter que pour mettre en forme le résultat de ses recherches et les analyses qui en découlent.


Outre les connaissances qui lui sont propres, cet enseignement de spécialité vise à développer une série de compétences méthodologiques.


En premier lieu, les lycéens y apprennent à se documenter et à analyser. Trouver les bons documents et en tirer le meilleur parti n’est pas toujours une chose aisée !

Il s’agit de trier les sources et d’évaluer leur valeur. Cette tâche est primordiale puisque ces données serviront de base à la réflexion.

Les élèves doivent apprendre à critiquer les sources et les questionner en les confrontant de manière pertinente. Au fur et à mesure que les enseignements progressent, les lycéens gagnent en autonomie et développent leurs capacités d’analyse.


La spécialité Histoire-Géographie demande beaucoup d’autonomie


Savoir travailler en autonomie est l’un des buts majeurs de la spécialité HGGSP.


Le travail individuel y occupe une place importante. L’investissement personnel est indispensable pour mener à bien exposés et études de qualité. Il est nécessaire d’être méthodique pour classer les sources collectées puis synthétiser et mettre en fiche les différents documents. Mais travailler en autonomie ne signifie pas travailler seul. Il faut aussi savoir s’organiser pour œuvrer en groupe sur des projets communs. La qualité du travail final repose alors sur l’investissement de chacun.


Enfin, cette spécialité vise à renforcer et à étoffer les qualités d’expression à l’écrit comme à l’oral. Les lycéens y apprennent à structurer leur réflexion et à la rendre accessible en l’organisant. Ils consolident leurs capacités à argumenter et à défendre leurs idées. La prise de parole est encouragée, notamment en terminale dans la perspective du Grand Oral.

Pensez à SCOL’AVENIR pour vous accompagner !

Les intervenants SCOL’AVENIR sont là, en cours particuliers individuels mais aussi lors de stages de révision en groupes, pour aider les élèves à acquérir ces compétences indispensables à la réussite au lycée et en études supérieures. La spécialité HGGSP est transversale et offre des outils intellectuels et méthodologiques pour poursuivre des études notamment en sciences humaines et sociales, dans les écoles de journalisme, dans les instituts d’études politiques ou encore dans les écoles de commerce et de management.